Hautes études de la Défense
 
Depuis janvier 2005, l’Institut royal supérieur de défense organise les Hautes études de sécurité et défense en collaboration avec Egmont – Institut royal des relations internationales.
 
Ces dernières années, la nécessité d’une approche multidisciplinaire en matière de sécurité et de défense s’est affirmée de plus en plus face aux diverses crises éclatant aux quatre coins de notre planète. La mondialisation n’est pas uniquement un phénomène économique. La montée du terrorisme international ne fait, par exemple, que renforcer la nécessité d’une approche globale.
 
Une gestion de la sécurité et de la défense efficiente, mais surtout responsable, passe d’abord par une bonne  compréhension des phénomènes en présence. Une analyse multidisciplinaire correcte permet d’éviter que des sentiments subjectifs, corporatifs ou individuels ne prennent le pas sur la raison. Voilà l’objectif et le défi posés à partir de septembre aux participants des Hautes études de sécurité et de défense.
 
Lors des sessions précédentes, les diverses activités ont rassemblé tant des participants de la Défense (militaires et civils) que des membres des Affaires étrangères, de la Coopération au développement, de l’Intérieur, de la Justice, de la police fédérale, des secteurs économique et industriel, du monde académique, des ONG, etc. L’Institut royal supérieur de défense constitue une interface entre ces mondes : c’est là une de ses raisons d’être !
 
Au cours de dix séminaires de deux jours, organisés mensuellement et consacrés chacun à un thème particulier, les participants suivent d’abord des conférences présentées par des professeurs de renom ou des experts politiques ou diplomatiques en charge de dossiers en rapport avec le thème du séminaire. Ces conférences sont suivies d’un débat avec l’orateur. Ensuite les participants forment des groupes de discussion où expériences et réflexions personnelles sont échangées, permettant de mieux cerner la globalité des questions abordées.
 
Une dizaine de visites d’institutions actives dans le secteur de la sécurité et de la défense sont également prévues.
 
Il ressort de l’analyse des réactions des participants qu’ils sont unanimes quant au grand intérêt que présente cette formule. L’enrichissement retiré leur permet d’être encore plus performants dans leur fonction. Le but de ces Hautes études de sécurité et de défense est en effet de mieux armer les responsables de différents secteurs du vaste domaine de la sécurité et de la défense et non de dispenser une simple formation académique.
 
Le HED est dirigé par le lieutenant-colonel breveté d’état-major Christophe de Hemptinne.